Guides et conseils

Guide sur la magie et l'art des estampes sur bois japonaises

Rédigé par Tom | 2 juillet 2020 | Mise à jour mai 2021


La Japon a longtemps régné en maître en termes de raffinement artistique. Les œuvres qui l’illustrent le mieux sont certainement les traditionnelles estampes sur bois. Ces planches de bois représentent généralement des scènes de nature et de jouissance d’individus vêtus de kimono et de samouraïs, magistralement exécutées par de grands artisans. À l'occasion de nos ventes hebdomadaires d’estampes sur bois, nous avons demandé à l’expert en art japonais, Giovanni Bottero, de nous guider à travers l’histoire de cette élégante forme d’art d’intérieur. 


Qu’est-ce que l’ukiyo-e?

 

Ukiyo-e se traduit littéralement par « images du monde flottant ». C’est un genre qui couvre un large éventail de techniques, de supports et de sujets gravitant autour de la vie idéalisée qui anime les quartiers des théâtres et des plaisirs sous l’ère Edo (1600-1868). Au XVIIe siècle, la classe moyenne en plein essor des grandes villes (comme Edo et Osaka) popularise ce terme de « monde flottant ». Il s’agissait à l’origine d’une expression bouddhiste mettant l’accent sur le caractère fugace d’une vie éphémère. Son sens a peu à peu évolué vers celui d’une jouissance constante des plaisirs de la vie (et de la ville). 


Quels sont les différentes techniques de l’estampe sur bois ?


Les artistes ukiyo-e étaient à la base d’habiles peintres et illustrateurs de livres, mais c’est grâce à l’impression sur bois et sa grande sophistication technique qu’ils ont été en mesure de créer ces emblématiques « images du monde flottant ». Quand on a en mains un nishiki-e (littéralement « estampe de brocart »), une estampe en bois polychrome postérieure à 1765, on a la chance d’apprécier le « produit fini », résultat d’un réel travail d’équipe. 



Zojoji Temple, Shiba, publié par Watanabe - Kawase Hasui


La réalisation d’un exemplaire implique le savoir-faire de l’artiste, qui conçoit l’estampe, celui du sculpteur qui cisèle chaque ligne dans une planche de bois de cerisier, et celui de l’imprimeur qui reproduit la douce lumière du coucher du soleil en variant la pression qu’il applique sur le papier (une technique d’ombrage connue sous le nom de bokashi). Enfin, l’éditeur, qui entreprend le financement risqué d’une série d’estampes à l’éfigie d’acteurs et de courtisanes, publie alors l’éloge de cet élégant « monde flottant ».


Quels types de scènes sont souvent représentés (la nature, les natures mortes, etc.) ?

 

Les estampes japonaises sur bois présentent une telle variété de thèmes et de genres, de styles et de couleurs, d’inventions et d’humours, que c’est ce qui séduit le plus les collectionneurs et les amateurs. Que vous aimiez les personnages historiques, l’action, l’aventure, le sexe (d’un érotisme tout en subtilité aux images explicites), les paysages, les acteurs, les démons, les héros et les méchants, les estampes japonaises sur bois ont toujours de quoi vous surprendre et vous séduire. 


Quels sont les différents types d’estampes sur bois ?


Les œuvres de maîtres tels que Kitagawa Utamaro, Katsushika Hokusai et Utagawa Hiroshige sont les plus recherchées, mais les shin-hanga (nouvelles estampes) du XXème siècle sont également très populaires. En termes de genres, les shunga (littéralement « estampes de printemps ») ou les images érotiques comptent sûrement parmi les plus prisées. La grande majorité des artistes ont fait des œuvres érotiques, mais à cause de la censure la plupart d’entre elles n’ont pas été signées et, par conséquent, ont rarement été publiées et sont donc moins courantes. Sa nature interdite, je crois, ajoute un niveau d’excitation (sans jeu de mots...) à la collection de shunga.


Ce type d’estampe est un bijinga (estampe d’une beauté) par Yoshitoshi


Comment ces estampes ont-elles été reçues au Japon de l’ère Edo ?


Par le biais de ces estampes, les acheteurs faisaient l’expérience des beautés du Japon par procuration. Il leur était ainsi possible de fantasmer sur les courtisanes les plus renommées ou les acteurs les plus célèbres du kabuki. Plus important encore, ces œuvres étaient accessibles à tous : la plupart des estampes étaient produites en série et vendues dans les librairies de rue pour le prix d’un repas. 


Ce monde idéalisé des plaisirs vendu à la classe moyenne émergente de l’ère Edo a préoccupé le shogunat (le gouvernement militaire). La publication d’estampes érotiques fut interdite à plusieurs reprises, tout comme les estampes de théâtre qui glorifiaient les acteurs extravagants ou qui raillaient la classe des samouraïs. Contre vents et marrées, de nombreux artistes ont déployé des trésors d’imagination afin de contourner ces interdictions (Kuniyoshi, dans une de ses estampes, est allé jusqu’à mettre des visages d’acteurs très reconnaissables sur des tortues !). 


Quelle fut l’influence de ces estampes sur l’art occidental ?


Les estampes sur bois japonaises ont influencé les artistes européens, en particulier à l’époque du mouvement du japonisme (l’étude et l’inspiration de l’art japonais). Un certain nombre de grands artistes du vieux continent sont tombés amoureux de l’ukiyo-e. Claude Monet, par exemple, aurait possédé 231 estampes et aurait participé à cette « course » à l’ukiyo-e pour être le premier à « découvrir » ces estampes japonaises. 



Cette estampe signée Koson est intitulée « Trois saumons »


Parmi les artistes occidentaux influencés par l’ukiyo-e, il y a de nombreux impressionnistes tels que Edgar Degas, Vincent Van Gogh et Camille Pissarro. On a plusieurs exemples de tableaux comme « La Japonaise » de Monet ou encore « La Princesse du pays de la porcelaine » de James Whistler qui illustrent la fascination de l’Occident pour l’Orient. 


L’ukiyo-e a joué un rôle crucial dans l’art japonais, est-il toujours aussi populaire et comment a-t-il évolué ?

 

L’ukiyo-e a été produit en série jusqu’à l’introduction de la photographie, devenue alors le moyen le plus efficace de reproduire la réalité. Les artistes d’ukiyo-e de la fin de l’ère Meiji (1868-1912) faisaient beaucoup d’estampes pour les journaux illustrant les événements de l’époque (souvent des meurtres). Avec la photographie, l’ukiyo-e a perdu une partie de sa superbe. 


« Temple Zentsû dans la province de Sanuki » par Watanabe


Cependant, les estampes sur bois et ses techniques ont été réhabilitées avec le mouvement shin-hanga dès 1915, surtout grâce à l’éditeur Watanabe Shozaburo. À peu près à la même époque, un autre mouvement dénommé sosaku hanga (littéralement « estampes créatives ») a contribué à repopulariser cet art. Ce mouvement, cependant, s’inspire des traditions occidentales et s’appuie sur la créativité individuelle : les estampes doivent être « conçues, sculptées et imprimées soi-même », rompant ainsi avec la division traditionnelle du travail entre l’artiste, le sculpteur et l’imprimeur.


Les estampes sur bois sont-elles encore populaires aujourd’hui ?

  

Considérant que l’histoire de la collection d’estampes sur bois débute en Occident dans la seconde moitié du XIXème siècle, la longévité de cet art, suscitant un engouement intact depuis plus de 140 ans, est absolument remarquable aussi bien en Europe qu’en Extrême-Orient. Au fil des années, la popularité du shin hanga et du sosaku hanga n’a jamais cessé de croître, talonnant presque celle des chefs-d’œuvre plus anciens. 



« Un Groupe de hérons dans la neige » par Ohara Koson


Alors que la plupart des œuvres les plus emblématiques, comme la « Grande vague » de Hokusai, sont connues de tous les collectionneurs, il est difficile de faire un inventaire exhaustif des réalisations moins connues. Ainsi, les amateurs ont toujours l’espoir d’en découvrir une nouvelle, ce qui entretient le feu d’une passion bien vivante.

____________________


Explorez notre sélection d’estampes sur bois japonaises dans notre vente hebdomadaire ou bien inscrivez-vous comme vendeur.


À découvrir Art japonaisArt asiatique et tribal


Vous aimerez peut-être aussi :


À la découverte du kimono, reflet de la société japonaise


La signification de la position des mains de Bouddha


L’art ancestral du bonsaï : culture de l’esthétique japonaise


Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 65 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant