Histoire

Les albums glam rock qui ont défié les normes de genre

Rédigé par Beulah | 11 mars 2020

Plus de 50 ans après avoir séduit le grand public, le genre glam rock reste à jamais le petit frère extravagant et audacieux du rock. Non seulement le glam rock a inspiré des musiciens comme David Bowie, Freddie Mercury et Marc Bolan, mais il a également défié bon nombre de vues traditionnelles sur la masculinité et de tabous au cours de son évolution.

« Ayant grandi au début des années 70, une époque où la musique était très importante dans la culture des jeunes, je me souviens de la façon dont le glam rock a secoué toute une génération », nous explique Patrick Vranken, expert en musique. « Cheveux longs et vêtements mixtes, l'hymne « not sure if you're a boy or a girl »... tout cela était à la fois déroutant, inquiétant et passionnant. Et dans la société rurale et traditionnelle de l'époque, il était difficile de trouver quelqu’un vers qui se tourner pour obtenir des conseils ou se sentir compris. Il n’y avait que ces dieux du Rock pour vous guider ».


Hot Love (1971) par T. Rex


De nombreux fans retiendront ce moment où Marc Bolan est monté sur la scène de Top of the Pops et a commencé à chanter « well she's my woman of gold ». Enveloppé de satin blanc aux mille paillettes, Bolan apparaissait tout en symboles féminins traditionnels au début d’une décennie connue pour son hyper masculinité. Non seulement Bolan portait des vêtements féminins, mais les paroles de sa chanson appuyaient également sur son côté féminin : « I'm a labour of love in my Persian gloves ». Le philosophe de la Grèce antique Xénophon condamnait le port de gants par les hommes persans qu’il considérait comme efféminés. Les gants persans mentionnés dans Hot Love prennent alors une dimension encore plus protestataire contre des attributs sexospécifiques.

Les styles visuels du glam rock sont souvent caractérisés comme androgynes, ludiques et subversifs. L’interprétation de Hot Love par T. Rex dans l’émission musicale phare de la BBC était une première pour de nombreux téléspectateurs britanniques et internationaux découvrant soudainement les genres et leurs rôles traditionnels remis en question. Cette apparition a sans doute contribué à ouvrir le débat sur la façon dont les vêtements contribuent à façonner notre identité de genre.


Rebel Rebel (1974) de David Bowie


Le changement d’identité est devenu une caractéristique du glam rock. Les noms de scène changent d’un personnage à l’autre. Les musiciens incarnent des personnages masculins, féminins et carrément androgynes. David Bowie fut un pionnier dans ce domaine, lui qui s’est joué de son identité dès le plus jeune âge. Doté d’une capacité de réinvention sans limite, il développe son style musical aussi rapidement qu’il change de tenue outrancière. Comme David Jones devint David Bowie (pour éviter toute confusion avec Davy Jones des Monkees), le style hard rock de son album The Man Who Stole The World a évolué vers le son art rock de Hunky Dory. Et l’immortalité frappera plus tard à sa porte avec la sortie du classique du glam rock : The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars.

Au cours de sa période glam rock, Bowie fait son coming out (d’abord comme gay, puis comme bisexuel) et compose hit sur hit sur son expérience d’homosexuel. Il a fallut attendre 1967 pour que l’homosexualité soit dépénalisée au Royaume-Uni, ce qui rend le succès de Bowie auprès du grand public encore plus impressionnant. 

La chanson Rebel Rebel de Bowie est la quintessence de son identité sonore et de son succès. Avec son rift à la guitare qui fait battre du pied et vous fait frissonner de haut en bas, le titre se hisse à la cinquième place dans les charts singles au Royaume-Uni. S’inspirant de la rock star trans Jayne County (Rebel Rebel inclut des paroles tirées de l’hymne trans Queenage Baby de County) ; Bowie chante : « You've got your mother in a whirl 'Cause she's not sure if you're a boy or a girl ». Moins de deux ans plus tard, Bowie s’installe à Berlin avec son amant le mannequin transgenre néerlandais Romy Haag. Applaudi par la critique et les fans, le succès de Rebel Rebel aurait été impensable dix ans plus tôt : preuve du véritable pouvoir du glam rock pour faire bouger les lignes et les normes de genre.


Bohemian Rhapsody (1975) de Queen


Le chanteur de Queen Freddie Mercury pouvait être flamboyant, charmant, extraverti et timide, le tout dans l’espace d’une seule chanson. C’est lui qui a suggéré le nom de Queen, surnom désobligeant à l’époque pour les hommes gays, lui qui sortait indifféremment avec des hommes et des femmes. En tant qu’interprète, Mercury est un savant mélange de sexualité ouverte, d’inspiration théâtrale et d’acrobaties vocales. Ces thèmes refont surface maintes et maintes fois, tant dans la musique de Queen’s que dans la vie personnelle de Mercury. 

Mercury s’était déjà familiarisé avec le changement d’identité en abandonnant légalement son nom de naissance Farrokh Bulsara pour Freddie Mercury. Prendre un autre nom est monnaie courante dans le show-business, mais ce nouveau patronyme a créé une distance délibérée entre le Farrokh de Zanzibar et le dieu du rock Freddie. L’industrie de la musique des années 1970 avait tendance à privilégier les hommes blancs, hétérosexuels, britanniques et américains. Vu à travers les yeux d’un immigrant de Zanzibar d’origine indienne et se découvrant bissexuel, il est déchirant mais logique de voir Farrokh décider de devenir Freddie.

Alors que beaucoup classeront Bohemian Rhapsody dans la catégorie « rock anthem » ; son style glam rock ne peut toutefois être nié. Le look emblématique de Mercury sur scène, ses vêtements soyeux, amples et féminins, son eye-liner et son rouge à lèvres rose contrastaient idéalement avec ses puissantes acrobaties lyriques. Bohemian Rhapsody est même considéré comme la chanson du coming out de Mercury. Et quand on sait que plusieurs générations d’hommes hétérosexuels et cis ont entonné ensemble une chanson sur l’abandon de l’hétérosexualité, il est clair que Bohemian Rhapsody a eu un effet de fond, conscient ou non, sur notre compréhension du genre et de l’identité sexuelle.


____________________

N’oubliez-pas de consulter nos dernières ventes de musique ou inscrivez-vous en tant que vendeur sur Catawiki.

À découvrir Musique | Disques / Vinyles | Instruments de musique


Vous aimerez peut-être aussi :

Comment Nintendo a rendu populaire la musique de jeux vidéo

L’histoire du heavy metal à travers de trois instruments insolites

L’histoire du hard rock en trois guitares de stars

Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 50 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant !