Histoire

L'histoire des femmes dans la BD à travers 3 super-héroïnes

Rédigé par Simone | 6 novembre 2019

L'industrie de la bande dessinée n'a pas toujours traité ses super-héroïnes avec toute la bienveillance qui leur est due. Mais outre Lois Lane, Power Girl et Spider-Woman - il y a eu aussi de nombreux moments d'autonomisation féminine. Avec l'aide de Wonder Woman, Supergirl et Ms. Marvel, nous prenons notre envol à travers l'histoire des femmes dans la bande dessinée.

Wonder Woman

Les États-Unis L'âge d'or de la bande dessinée a débuté en 1938 avec la sortie du numéro un d’Action Comics. Cependant, les amateurs de BD ont dû attendre 1941 pour faire la connaissance de la première vraie super héroïne féminine. Alors que de plus en plus d'hommes allaient combattre les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait un besoin évident de femmes indépendantes et civiques pour combler le vide créé par l’absence de ces premiers. Et Wonder Woman a répondu à l'appel.

Elevée dans une tribu amazonienne entièrement féminine aux racines mythiques, Wonder Woman était une héroïne forte et puissante, et également tendre et pacifique, et elle devint rapidement une inspiration pour les jeunes filles. Elle n'était pas une demoiselle en détresse, personne n'avait besoin de la sauver, et elle n'était pas non plus un dérivé d'un autre super-héros : elle était une héroïne à part entière. Malheureusement, après la mort de son créateur William Marston en 1947, l'écrivain Robert Kanigher a pris la relève et Wonder Woman est devenue moins puissante. Comme beaucoup de femmes après la guerre qui ont dû retourner à l'idéal familial traditionnel, elle est un peu restée sur le carreau.

On est avec toi, Wonder Woman.

En 1954, le psychologue Fredrick Wertham a publié le livre Seduction of the Innocent. Dans son ouvrage, Wertham parle de la morale dans les bandes dessinées, faisant valoir des rôles « traditionnels du ménage » et du genre : « Ce ne sont pas des femmes au foyer. Elles n’élèvent pas une famille. L'amour maternel est totalement absent... Même quand Wonder Woman adopte une fille, il y a des connotations lesbiennes ».

La Comics Magazine Association of America (CMAA) a été fondée en réponse aux préoccupations soulevées par le livre de Wertham, et sa première tâche a consisté à mettre en œuvre la Comics Code Authority (CCA), le Code de conduite de la bande dessinée. La CCA a interdit la représentation graphique de scènes sanglantes, le manque de respect à l'égard de l'autorité établie, les intrigues qui minent le caractère sacré du mariage et toutes les insinuations à caractère sexuel. Ce code a eu un impact sur Wonder Woman de presque toutes les manières inimaginables. Elle a perdu sa force et son caractère ; tout, de son histoire d'origine à son apparence, a dû être modifié. Elle ne se préoccupait plus autant de combattre le mal et elle s'intéressait au contraire au mariage et au shopping.

Avec le temps, tout est rentré dans l'ordre et Wonder Woman a retrouvé ses racines d'origine, mais on ne peut pas dire que le voyage fut aisé. Et pas seulement Wonder Woman : d'autres super-héros ont également été durement touchés par la CCA, qui a été utilisée par tous les grands éditeurs jusqu'au début des années 2000. L'une de ces super-héroïnes en question est la suivante sur notre liste...

Supergirl

Il existe une tradition douteuse selon laquelle les femmes dans les bandes dessinées sont souvent présentées comme les versions « petite fille » des personnages masculins déjà existants. Parmi les exemples célèbres, citons Batgirl, Hawkgirl, Spider-Girl, She-Hulk et, bien sûr, Supergirl. Non seulement cette pratique témoigne d'un triste manque de créativité, mais elle signifie aussi que certaines de ces super-héroïnes féminines seront toujours comparées à leurs homologues masculins, généralement plus connus. 

Bien que Supergirl ou Kara Zor-El soit sans doute plus populaire que jamais, son histoire est aussi l'une des plus compliquées, ses origines ayant été modifiées et revues plusieurs fois. Dans un communiqué qui n'a surpris personne, le vice-président de D.C., Dick Giordano, a expliqué que Supergirl avait d'abord été créée pour profiter des ventes élevées de Superman, et que sa création n'avait pas été suffisamment réfléchie. 

Après ce début peu prometteur, les scénaristes ont fait disparaître Supergirl en 1985, lors de la série limitée Crisis on Infinite Earths. Cette décision a été prise malgré sa popularité parmi les fans et son statut de pilier central de la famille Superman. Selon Marv Wolfman, scénariste d'Infinite Earths, Supergirl a été tuée afin de faire de Superman le seul survivant de Krypton. 

Heureusement, l'histoire de Supergirl a connu une fin heureuse. Kara Zor-El a refait quelques « apparitions fantômes » avant d'être ressuscitée en 2004, avec d'autres personnages portant parfois son costume et son nom. Onze ans après sa renaissance, Supergirl a eu sa propre série télévisée, qui dure depuis cinq saisons sans aucun signe de ralentissement.

La tenue Supergirl classique portée par Helen Slater dans le film Supergirl de 1984.

Ms. Marvel

Au fil des années, plusieurs personnages ont adopté l'alias de Ms. Marvel, à commencer par Carol Danvers. Elle est apparue pour la première fois comme la petite amie de Mar-Vell, le protagoniste masculin principal de la série Captain Marvel en 1968. Neuf ans plus tard, Danvers fait ses débuts dans le rôle de Ms. Marvel.

Il s'agissait d'une tentative de Marvel de s'inspirer du mouvement féministe des années 1970, d'une manière similaire de ce que Wonder Woman représentait pour les femmes dans les usines. Le fait que la compréhension des écrivains des idéaux féminins n'ait pas progressé depuis les années 1940 a légèrement entravé leurs tentatives de créer un nouveau super-héros féministe. Avengers No. 200 comprenait un scénario dans lequel Danvers était agressée sexuellement et fécondée par un homme nommé Marcus. Dans cette 'histoire, l'agression sexuelle n'était pas reconnue du tout. 

N'existant qu'en tant que personnage mineur jusqu'au début des années 2000, Ms. Marvel a finalement commencé à jouer un rôle de premier plan. Sa popularité a augmenté au point que Danvers a pris le relais de Captain Marvel en 2012. Troquant son justaucorps contre un nouvel uniforme plus pratique, reflétant son passé militaire, Captain Marvel a gagné en puissance pour finalement avoir son propre film en 2018.

La promotion au grade de capitaine n'a pas signifié pour autant la fin de Ms Marvel et le nom a été utilisé à bon escient. En 2014, Ms. Marvel #1 : No Normal est sorti, avec Kamala Khan, le premier personnage musulman de Marvel à être le héros de sa propre série. Khan a découvert qu'elle possédait des capacités spéciales de transformation physique et en reprenant le flambeau de son idole, Carol Danvers, après que Danvers soit devenue capitaine Marvel. 

Kamala Khan dans le rôle de Ms. Marvel est le premier personnage musulman de Marvel à être en couverture de sa propre série de bande dessinée.

Ms. Marvel #1 : No Normal a été le roman graphique le plus vendu en octobre 2014 et s'est classé deuxième sur la liste des meilleures ventes du New York Times, prouvant une fois pour toutes que le public est réellement intéressé par des histoires de héros aux origines différentes, qu'il s'agisse de femmes ou de personnes de couleur. Qui l'aurait pensé ? 

____________________

Retrouvez la tenue originale de Supergirl sur Catawiki cette semaine ou explorez nos ventes de bandes dessinées.

À découvrir BD | Souvenirs et produits dérivés de films

Vous aimerez peut-être aussi :

Créez gratuitement votre compte Catawiki

Vous serez impressionné par la sélection impressionnante d’objets uniques proposée chaque semaine sur Catawiki. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et explorez nos ventes hebdomadaires préparées par notre équipe d’experts reconnus.

Créez un compte
Partagez cette page
Close Created with Sketch.
Pas encore inscrit(e) ?
En créant gratuitement votre compte Catawiki, vous pourrez faire des offres sur n’importe lesquels de nos 50 000 objets d’exception proposés en vente chaque semaine.
Inscrivez-vous maintenant !